La fin de l’Internet ?

L’expansion sans précédent de l’Internet n’était pas prévue lorsque la norme IPv4 a été adoptée. Les adresses IPv4 sont des adresses numériques codées sur 32-bits, par exemple, 194.79.48.100. Il y a donc 2^32, soit un peu plus de quatre milliards d’adresses IPv4 uniques et disponibles. En 2009, la plupart de ces adresses ont été allouées, le lot d’adresses IPv4 disponibles est donc aujourd’hui presque vide.

La partie est finie

L’Internet Assigned Numbers Authority (IANA) va distribuer les derniers blocs de l’espace d’adresse IPv4 encore disponibles au cinq registres Internet régionaux (RIR), selon une politique de distribution mondiale décidée communément par les cinq RIR.

Il y a trois étapes clés dans le processus d’épuisement des adresses IPv4:

  • Étape 1: L’Internet Assigned Numbers Authority sera à court d’espace d’adressage IPv4 utilisé. La date estimée pour arriver à cette étape est prévue lors du 1er semestre 2011.
  • Etape 2: Les RIR seront à court d’espace d’adressage IPv4 utilisé. La date estimée pour cette étape est dernier semestre 2012.
  • Etape 3: Les Local Internet Registries (LIR) qui utilisent l’espace IPv4 alloué par les RIR seront à court d’espace d’adressage IPv4 utilisé pour attribuer à leurs clients (utilisateurs finaux).

Pas pour tout le monde

La date pour la 3eme étape est difficile à déterminer car beaucoup de mécanismes techniques existes pour réduire le manque d’adresses IPv4 utiles : La translation d’adresses (NAT), la virtualisation des hôtes, les mandataires, la séparation des réseaux (un réseau IPv4 pour les services et un réseau Ipv6 pour les équipements par exemple.)…

Il existe de nombreux blocs d’adresses qui ont été attribués mais qui ne sont pas ou peu utilisés. Une politique a été mise en place pour réussir à obtenir l’inventaire de ces blocs et pour faciliter (forcer) l’optimisation de ces blocs. Une spéculation (Achats et ventes) sur ces blocs contribuera aussi sous peu à un usage optimisé des adresses IPv4.

L’alternative à une définitive et absolue pénurie des adresses en IPv4 est le passage à la version six : IPv6. Ce passage à IPv6 n’est pas sans être contesté…

Le réseau galactique

l’Internet Protocol version 6 (IPv6) a été conçu par l’Internet Engineering Task Force (IETF) pour augmenter la quantité d’adresses IP disponibles. Les adresses IPv6 sont des adresses 128-bit, exprimées en hexadécimal (par exemple, 2001: 67c:1200::100).

Il y a 2^128 adresses IPv6, soit environ 340 milliard de milliard de milliard d’adresses. Cette énorme quantité d’adresses est prévue pour accueillir l’expansion prévue de l’Internet et des services liés au cours des années à venir.

Le déploiement d’IPv6 a commencé en 1999. De nombreux services sont maintenant disponibles en production ou en test, comme par exemple Google.

La messe est dite

Le passage à IPv6 se fait attendre, la pénurie d’IPv4, nombreuses fois annoncée, n’est pas synonyme de pasage forcé à ce nouveau protocole. De nouvelles problématiques, notament la compléxité de faire cohabiter les 2 mondes, apparaissent et ne sont pas encore solutionnées limitant la mise en production des services sur ce nouveau réseau.

Concernant Placenet.fr, pour soutenir l’utilisation d’IPV6, nos services sont dores et déjà disponibles en IPV6. Et nous preparons des services uniquement réservés à ce protocole.

Ce contenu a été publié dans Internet, ipv6, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.